ohayô a tout le monde okaeri nasai
 
AccueilFAQPortailCalendrierGalerieRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 folks soul

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yuki san
maitre sushi a ginza
maitre sushi a ginza
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1085
Age : 27
Localisation : devant mon ordi lol
Emploi : bep sms
Loisirs : le japon,manga ...
Date d'inscription : 09/01/2006

votre personnage
team: roi de la team

MessageSujet: folks soul   Dim 06 Jan 2008, 17:35

information
Titre : Folklore
Titre original : Folks Soul
Genre : RPG
Année : 2007
Développeur : Game Republic
Editeur : Sony
Plate-forme : PlayStation 3, PSP

Sortie Japon : 21/06/2007
Sortie USA : 12/10/2007
Sortie Europe : 17/10/2007


FOLKLORE

<HR align=left width="95%" color=#000000 SIZE=1>


Après un passage discret sur PSP à bord de l’opus baptisé Jewel Summoner, la série Monster Kingdom survole à nouveau les continents arides de Sony en espérant y trouver terre promise. C’est ce que l’on souhaite nous aussi, pour ce premier A-RPG inédit sur PlayStation 3. Enfin, RPG, pas si sûr… Folklore s’apparente plus à un jeu d’aventure – voire même Beat’em all - possédant quelques aspects de notre genre favoris qu’à un Action-RPG proprement dit…

_________________
big kisss au modo et au aide des inscrit
kisssssu le forum va bouger



Dernière édition par le Dim 06 Jan 2008, 17:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nihon.winnerbb.com
yuki san
maitre sushi a ginza
maitre sushi a ginza
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1085
Age : 27
Localisation : devant mon ordi lol
Emploi : bep sms
Loisirs : le japon,manga ...
Date d'inscription : 09/01/2006

votre personnage
team: roi de la team

MessageSujet: Re: folks soul   Dim 06 Jan 2008, 17:40

alors mes note car kj'ai joué a la demon alors le coté grapsisme superbe donc 18/20

pour la maniabilité j'aime bien le fait de faire sauté la mannette et les montre touche x triangle carré super 16/20

je vous en dirai plus plus tard


http://www.wat.tv/video/621775/trailer-folklore.html


<STRONG>

The X-Folks

L'histoire de Folklore débute avec l’arrivée d’Ellen et Keats à Doolin (Lemrick dans la version japonaise), un village irlandais réputé pour abriter la frontière entre le monde réel et le Netherworld (le royaume des morts, des démons). Le recoupement de ces deux destinées repose sur des raisons différentes, mais toutes aussi étranges. Ellen se rend à Doolin pour y retrouver sa mère, qui lui a indiqué dans sa récente missive qu’elle séjournait dans ladite bourgade. Le seul hic réside dans le fait que sa charmante maman est censée être morte depuis 17 ans... Quant à Keats, il incarne un reporter spécialisé dans les sciences occultes ayant reçu un appel intriguant de la part d’une femme en détresse, dont le message mentionnait la ville de Doolin.




Folklore nous entraîne dans un voyage ésotérique découpé en chapitres, proposant chacun le choix entre les deux personnages. Leurs deux points de vue distincts permettent de nuancer cette épopée pleine de mystères aux douces fragrances de polar fantastique. D’un côté la quête intimiste d’Ellen chargée d’émotion, de l’autre une vision plus sobre et pragmatique de la part de Keats. Et pour avancer dans l’enquête, vous devez discuter avec les habitants de Doolin afin de récolter de précieux indices. Ceux-ci vous mèneront jusqu’au Netherworld, que vous visiterez à la tombée de la nuit. Préparez-vous donc à livrer de redoutables combats pimentés de magie contre les démons peuplant cet espace hors du temps : les folks.

Beat’em all ou Catch’em all ?!

Tel Monster Kingdom : Jewel Summoner, Folklore base l’évolution des pouvoirs des protagonistes sur la capture de bébêtes, ou plus exactement, de leurs âmes. Ces dernières allouent aux héros une compétence caractéristique des ennemis aux préalables vaincus, dans le but de s’en servir contre leurs congénères. Les hardcore gamers les plus underground auront donc reconnu un principe voisin du best-seller Pokemon, la crème de la crème en matière de subtilité de gameplay. Bon OK, j’arrête là l’humour de troisième zone, cet aparté servant juste à exprimer mon aversion pour la licence de Nintendo (désolé pour les fans et leurs chaussettes Pikachu…). Et pourtant, à ma grande surprise, force est de constater que le système de Folklore fonctionne plutôt bien. Il consiste à affecter à chacun des 4 boutons principaux l’une des compétences de vos folks domestiqués, que vous déclenchez en temps réel sur simple pression de la touche correspondante. Concrètement, cela invoque instantanément la créature concernée, qui combat ensuite à la place du héros l’espace de quelques courtes secondes. Pour assimiler et faire progresser les techniques des folks, pas de secret, il convient de chasser et harponner l’âme de chaque ennemi qui vous barre la route.





Ainsi, lorsque votre opposant a été mis K.O. à la suite de plusieurs assauts répétés, l’heure de la capture de son esprit (ou « Id ») a sonné. Il suffit alors de le locker avec la touche R1, puis de secouer méticuleusement la Sixaxis dans les directions adéquates pour terminer le travail s’il s’agit d’un simple sous-fifre, ou d’entrer dans une interface spéciale dans le cas d’un combat de boss. Durant celle-ci, une jauge de résistance apparaît, et il faut vous dépêcher de l’amenuiser par votre maîtrise parfaite du mouvement avant que l’adversaire ne reprenne du poil de la bête. Le système de capture des âmes de vos ennemis a donc été pensé pour tirer profit de la fonction de reconnaissance des mouvements de la Sixaxis. Idée intéressante et ludique certes, mais qui n’évite cependant pas certains écueils. Et pour cause, entre la répétition incessante des mêmes gestes et certains boss fights qui requièrent encore plus de secouage capricieux qu’à l’accoutumée, l’agacement a tendance à germer à plus ou moins longue échéance.

Bien entendu, chaque folk possède ses propres spécificités, qui se répercutent sur les pouvoirs hérités. Après, à vous de jongler entre les compétences offensives (rapides mais peu puissantes, lentes mais dévastatrices, aériennes, etc.) et défensives dans l’optique de vous constituer un arsenal complet. Vous pouvez d’ailleurs enchaîner les attaques afin de créer des combos simples mais efficaces, comme dans un bon vieux beat’em all traditionnel. Attention cependant à ne pas trop abuser de vos folks sans vous reposer, car votre jauge de magie décroît à chaque invocation. Lorsque celle-ci tombe à zéro, vous êtes temporairement dans l’incapacité de faire appel à vos poulains, d’où l’intérêt de ne pas « bourriner ». Heureusement, une courte période d’inactivité suffit à la régénérer complètement (pendant ce temps la touche de roulade vous permet d’esquiver les assauts adverses).

Mais ce n’est pas tout. Il s’avère que certains folks ne sont vulnérables qu’à certains types d’attaques, ce qui oblige à régulièrement permuter vos skills pour remporter la victoire. Bref, une mécanique classique qui a déjà fait ses preuves. Cela dit, on ne peut s’empêcher de penser qu’il s’agit ici d’un moyen détourné de forcer le joueur à exploiter la centaine de pouvoirs disponible. Car si l’on y regarde de plus près avec notre œil expert mais fatigué, toutes les capacités se ressemblent plus ou moins dans leur catégorie respective. En exagérant à peine, on pourrait presque s’imaginer finir le jeu avec la première palette de coups…





Fo-leu-klore, si je t’attrape j’te dévore !

Maintenant que vous êtes incollable sur le gameplay, il est temps d’évoquer le point le plus important, c’est-à-dire la magie incroyable qui se dégage du jeu. Premièrement, et il s’agit incontestablement du principal atout du jeu, Folklore jouit d’une réalisation remarquable. Que l’on aborde le cas des décors, de l’animation, ou de la modélisation des personnages, on arrive à la même conclusion : merveilleux. Seuls quelques rares ralentissements et une mauvaise gestion de la caméra viennent ternir le tableau. De par son esthétique envoûtante et colorée, le design complètement farfelu des folks, ou encore les effets lumineux qui ponctuent tous vos affrontements, Folklore véhicule une infinie poésie, traduite par une multitude de sensations aussi diverses que galvanisantes. De ce pot-pourri d’émotions née une ambiance ensorcelante et décalée, proche des films de Tim Burton, qui ne manquera pas de charmer les amateurs d’œuvres rafraîchissantes. Dernier « détail » qui ne gâche rien : la délicieuse bande son du jeu réunit 4 grands compositeurs dont les noms parlent d’eux même : Kenji Kawai (Ghost in the Shell, Death Note…), Shinji Hosoe (Xenosaga 2, Ridge Racer…), Ayako Saso (Ridge Racer, Street Fighter EX...) et Hiroto Saitoh (Phantom Kingdom...). En un mot : enivrante.

Malgré tout, Folklore souffre de plusieurs défauts handicapants, tels qu’un gameplay ultra répétitif et une linéarité prononcée. Partant d’une volonté de diversifier l’aventure, le jeu propose deux personnages jouables dans une histoire divisée en épisodes. Mais là où l’on aurait pu espérer un peu de variété dans les niveaux, on est au regret de constater que les deux compères traversent malheureusement les mêmes zones dans le même ordre, avec pour seuls réels changements leur manière de « combattre » et les folks rencontrés. Même les boss demeurent communs, tant et si bien que devoir recommencer le même monde avec un duel de fin identique provoquera inévitablement une certaine frustration chez les moins tolérants d’entre vous… En plus d’être linéaire, Folklore n’est pas très long ; une vingtaine d’heures tout au plus, ce qui fait un peu juste, même pour un jeu d’aventure/A-RPG. La présence d’un éditeur de niveaux jouables online permet d’arrondir légèrement les angles en gonflant un chouya le compteur. En somme, rien de choquant si l’on considère la prédominante beat’em all du jeu, mais les joueurs les plus difficiles réclamant un peu plus de « RPG » risquent de sérieusement tiquer sur le long terme, une fois la période de « l’éblouissement graphique » révolue.



Trailer Folklore
Envoyé par webotaku sur wat.tv







Au final, l’excellent côtoie le moins bon dans Folklore pour un bilan plus qu’honorable, digne d’un jeu première génération sur PS3. Après, à vous de voir si son intrigue mystique et son univers enchanteur parviennent à vous immerger suffisamment pour faire l’impasse sur ses principaux défauts. Toujours est-il que le mélange des genres rend ce titre peu banal et relativement attirant.

_________________
big kisss au modo et au aide des inscrit
kisssssu le forum va bouger

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nihon.winnerbb.com
 
folks soul
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soul Drop
» Soul team par fadoo
» TRIAD TOYS - SOUL CALIBUR IV - TAKI
» Persona Trinity Soul
» Soul Eater Chap 32 à 35

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
japan fantasy on le reve demare :: jeux vidéo-
Sauter vers: